Site officiel de Brigitte Barèges - Elections municipales de Montauban du 23 et 30 Mars 2014
Notre Bilan
Journaux de campagne
Notre équipe
Notre projet
Agenda des évenements
Revue de presse

Indignons-nous !

Inauguration du festival Lettres d'Automne,

le 18 novembre 2013

Discours de Brigitte Barèges :

Mesdames et Messieurs, Chers amis,

Il est des auteurs hommes ou  femmes qui nous interpellent plus que d’autres. Camus pour moi est de cela. Je sais en voyant cette belle et nombreuse assemblée que vous partagez mon avis, mon émotion.

Rendre hommage à Camus à l’occasion du centenaire de sa naissance est rendre hommage à un homme multiple ; 

Multiple et complexe : journaliste, romancier, essayiste, philosophe, homme de théâtre.

Multiple et foisonnant comme son œuvre. C’est presque une année que Confluences lui a consacré. Je crois que nous avons présenté au niveau national le plus riche des hommages.

Multiple et contemporain, tant son oeuvre, ses questions, ses doutes, ses contradictions sont toujours d’une ardente actualité.

Albert Camus est un penseur inclassable, faussement consensuel, souvent contradictoire, un homme révolté !

Car quelle que soit la valeur littéraire de tous ses ouvrages, L'Homme révolté reste la pièce maîtresse de son œuvre. Et c'est la résonance de cet essai magistral qu'un certain nombre de ses contemporains ne lui ont jamais pardonnée.

Or, Chère Nicole, c’est une phrase tirée de ce livre  que vous avez choisi de mettre sur le fronton de l‘hôtel de Ville  « La révolte prouve par là qu’elle est le mouvement même de la vie et qu’on ne peut la nier sans renoncer à vivre »;

Je vous en remercie.

Dans l’homme révolté et contre le courant dominant, Albert Camus se dresse seul. Il prétend faire le bilan des valeurs sur lesquelles la révolution qu'on nous propose s'arc-boute. Il décrit la révolte comme le moteur de l'évolution. Il en trace aussi la limite : la survie de l'homme détenteur de cette révolte qui périt lorsque l'homme disparaît.

Je ne rentrerai pas dans les querelles qui ont suivi avec Sartre, Beauvoir, ou André Breton.

Oui, Camus homme libre ne choisissait aucune servitude et cela lui fut reproché ! Il offrait aux hommes sa propre philosophie de la liberté !

Je conclurai sur cette citation toujours de « l’homme révolté» et qui explique sa démarche : « Aussitôt que la révolte, oublieuse de ses généreuses origines, se laisse contaminer par le ressentiment, elle nie la vie, court à la destruction, fait se lever la cohorte des ricanants, de ces petits rebelles, graines d'esclave qui finissent par s'offrir aujourd'hui, sur tous les marchés de l'Europe, à n'importe quelle servitude. »

Son œuvre est désormais entre les mains des hommes libres, entre les vôtres, entre les nôtres. Faisons bon usage de cet héritage. Indignons-nous !

17/01/2014